Ceux qui me connaissent le savent et pour les autres je vous le dis : pour me mettre en colère il faut y mettre beaucoup beaucoup de bonne volonté. Je suis très patiente. Or ce soir, je suis en colère. Mais vraiment, profondément. Vingt minutes de musique au maximum de mon nouvel auto-radio dans la voiture, 25 minutes de boxe et de vélo sur la Wii et un bain chaud n'y ont rien fait. Je crois que le prochain qui me manque de respect mange mon clavier sans préavis.

Je suis sous tension en ce moment, j'ai un gros projet qui mijote sous la marmite et je vis ça toute seule, stress, questions et réponses inclus. Dans mon travail je crois que mon chef se moque de moi et je suis démotivée à 250% mais il ne faut pas que ça se voit. Un autre stress à vivre seule. Mon ex-mari ne paie plus la pension alimentaire des enfants depuis 6 mois et Kid A a du mal à s'en sortir pour vivre tout seul à Rouen, je vais entamer les procédures guerrières à la fin du mois. Tout pour moi aussi le bon stress. Ce soir Kid B rentre à 20h30 au lieu de 19h et me préviens pas SMS quand mon portable est éteint, c'est génial je me sens comme la tenancière d'un hotel-restaurant.

Bref, autant vous dire que je ne suis pas à prendre avec des pincettes. Et encore, tout cela n'est rien, c'est mon quotidien de femme qui vit seule avec deux grands enfants à charge (et un boulot de ***).

Le pompon est à venir. Ce matin, en pleine formation d'une journée sur un outil merveilleux que je pense ne jamais avoir à utiliser (frustration à 350%, merci chef), j'envoie un SMS à mon cher et tendre (oui, vous pouvez relire le paragraphe précédent, j'ai un doux ami même si ce n'est pas toujours flagrant tellement je me sens seule) avec ces quelques mots "tu me manques". J'ai donc passé la journée à guetter une réponse qui mettrait du doux sur mon stress (je suis aimée... ouf, la journée n'est pas si pourrie). Ben non. Rien du tout. Ni portable en panne, ni réseau saturé. Rien du tout. Mon SMS lui a fait plaisir mais il attendait le soir pour m'appeler. Genre un SMS de réponse-type-à-la-vénusienne : "toi aussi tu me manques" ou "je pense à toi"... non. Il n'y a pas pensé. 

Et ça, ça me rend dingue. DINGUE. Je ne mérite pas un mot tendre ? Une attention ? A quoi ça sert d'avoir un petit ami si ce n'est pas à ça ?

Et en plus je suis super stupide. Mais alors stupide puissance 4.000 à la douzaine. Tenez-vous bien que j'ai espéré, que l'idée m'a traversé l'esprit, que je me suis dis que "peut-être", il aurait envie de se faire pardonner en passant à la maison pour me faire un bisou (il habite à 15mn et il a un scoot).

Allez, rien que d'en parler ça m'énerve encore plus. Parce qu'il n'est pas venu et que ça ne lui est même pas venu à l'idée. Tenez-vous bien, il ne comprend même pas pourquoi je lui prend la tête pour un pov' SMS.

Je suis ENERVEE.... houlala.....