06 juin 2011

Hello...

Coucou timide de la nana qui a abandonné son blog depuis des mois et au travers d'une discussion avec son fils se dit "mais c'est bien sûr... j'avais pas un blog il y a quelque mois?".

Donc pas de mea culpa, mais je vais vous tenir un peu au courant des actualités des derniers mois. Après, on se remettra à parler de tricot.

Mi-décembre, j'ai perdu mon travail. Violemment, brusquement, du jour au lendemain. Je suppose que ce sont des choses qui arrivent. Ce n'est pas si facile à vivre que ça, quoi que j'en dise. Bataille, victoire, remise en selle. Je suis dans une grosse société industrielle depuis mi-mars, assistante du directeur financier de la branche, un joli poste.

Je cherche encore mes marques mais j'ai un chef très gentil et très compétent et c'est très agréable. J'ai une fâcheuse tendence à penser qu'une journée qui n'est pas remplie à 130% est une journée ennuyeuse, il faut que je me calme sinon ça va pas le faire. Je dois me trouver quels pourraient être mes objectifs. Déjà, je me forme en gestion et en compta. Ce sont des formations en anglais, donc j'ai le vocabulaire à apprendre en plus du reste, j'adore.

Côté coeur, petit rappel des faits : j'ai rencontré un homme merveilleux fin octobre dernier et nous sommes toujours ensemble sous un ciel tout rose. Bon, j'exagère bien sûr. Parce que nous avons tous les deux des enfants et... pfou... Ca se passe bien, mais y'a pas, l'amour c'est plus facile quand on est jeune et (surtout) sans entraves.

Kid B passe son bac cette année, l'an prochain il entre dans une école d'ingénieur au sud de Paris. Kid A est toujours à Rouen, il fait des étincelles dans son école d'ingénieur aussi.

Donc là : j'aimerais bien déménager pour rapprocher tout le monde du sud de Paris. Là, il y a mon boulot, mon chéri et l'école de Kid B. J'attends des réponses sur des dossiers déposés.

En attendant, je regarde mon appartement de travers. Ce qui faisait son charme me prend la tête. Le plancher qui est sous la moquette : charmant ? nan, ça bouge tout le temps et ça grince. La petite cuisine toute mignonne ? On ne peut pas se déplacer là-dedant. Même dans ma chambre plein sud et toute lumineuse je ne vois plus que les 3 portes qui la traversent pour désservir l'entrée, la cusine et le salon.

Le pompon ? Cet après-midi je me suis fait livrer un frigidaire tout neuf. Une tuerie gris mat, la grande classe. Ben il passe pas pour aller se caler dans la porte de la cuisine. Les livreurs n'ont pas voulu le passer par-dessus la rembarde de l'escalier (je les comprends). J'ai donc un frigidaire tout neuf en haut de mon escalier. Sisi. Comme ça, tout le monde peut profiter de mon superbe frigo. Pour y accéder depuis la cuisine, il faut traverser ma chambre... Pfou...

Donc je range, je vide, je jete. J'applique les méthodes de simplification de la vie par le vide. C'est joli. On peut aussi dire que je désencombre. Ou que je prépare le déménagement. Mais en fait : je ne supporte plus tout ce BAZAR partout !!! Tenez-vous bien, j'ai perdu le rouleau de sacs poubelle cet après-midi. Vous le croyez vous ? J'étais pourtant bien lancée. Nan c'est pas un acte manqué : j'en ai racheté un rouleau. Pfou... J'ai envie d'une baguette magique là...

Posté par Lalie_nea à 19:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]