Je viens d'appeler le camping de Veules les Roses, "mon village" de Normandie. Et je viens d'apprendre que le camping du Paradis était à vendre. Cri du cœur : y'a des sous à se faire, là. Ha... si j'avais des sous pour reprendre ça ! Des sous et du courage, un homme de main... Ça fait rêver mais c'est hors de portée. Il y a trop de "si" dans cette histoire.
Tant qu'il y a du rêve il y a de l'espoir. Rêver, c'est vivre, alors je vais rêver. Et en plus, c'est gratuit.